© 2019 neurosano.fr

  • White Facebook Icon

Les handicaps liés aux lésions cérébrales

(exemple avec les commotions cérébrales)

LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES QUI POURRAIENT ÊTRE AMÉLIORÉES

Une commotion cérébrale est une blessure cérébrale causée par un impact à la tête, une accélération, une décélération ou une torsion brusque de la boite crânienne. Les symptômes peuvent varier grandement d’une personne à l’autre.

Lorsqu’un individu subit un impact à la tête ou un des autres phénomènes mécaniques mentionnés, il est important que celui-ci se présente à l’hôpital s’il présente des symptômes. Dans plusieurs cas, l’urgentologue décidera de faire un scan ou une résonnance magnétique pour s’assurer qu’il n’y a pas d’hémorragie ou de dommage aux structures du cerveau. Par contre, ces tests ne permettent pas d’analyser l’activité cérébrale. Dans une très grandes majorités des cas, ces tests ressortent comme étant normaux, même en présence de séquelles.

Plusieurs symptômes ont un lien avec l’activité cérébrale tels que des difficultés au niveau de l’attention, de la concentration, de la mémoire ou l’apparition d’anxiété, d’humeur dépressive, de fatigue, de maux tête ainsi que des problématiques au niveau du sommeil. 

CE QUI SE PASSE AU NIVEAU DU CERVEAU:

Lorsqu’un individu subi un traumatisme crânien, des neurones vont mourir et l’activité électrique du cerveau sera affectée. Selon l’endroit où les dommages auront eu lieu, les symptômes pourront être différents.

Chez Neurosano, nous procéderons à un test de performance (QIK test) dans le but d'analyser les items permettant de donner une direction à notre entraînement.

Ceci permettra de dresser un programme d’entrainement en Neurofeedback qui visera à ramener l’activité cérébrale vers un fonctionnement normal tout en optimisant le fonctionnement des différentes régions corticales.

CE QUE L’ON ENTRAINE EN NEUROFEEDBACK

L’entrainement en Neurofeedback ciblera alors les régions ou réseaux qui ont des déviations importantes et pour lesquelles il y a présence de symptômes ou de difficultés.

 

Par exemple, si l’individu a des difficultés au niveau de l’attention ou de la mémoire, nous entraînerons ces réseaux. Si celui-ci a des difficultés plus présentes au niveau du sommeil, de l’humeur ou de l’anxiété, nous ciblerons ces derniers, etc.

LES RÉSULTATS QUI POURRAIENT ÊTRE OBSERVÉS

  • Amélioration des fonctions cérébrales ciblées

  • Diminution des douleurs 

​Etant donné le nombre important de dysfonctionnements générés par des lésions cérébrales, les résultats peuvent être de plusieurs natures différentes en fonction du type de lésions.