© 2019 neurosano.fr

  • White Facebook Icon

Les Troubles du Déficit de l'Attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H)

Le TDAH est l'un des troubles les plus courants de l’enfance.

Il est intéressant de savoir que 30% à 65% des enfants atteints de TDAH gardent leurs symptômes à l'âge adulte [Faraone, Biederman, et Mick, 2006], ce qui reflète un taux de prévalence de 4% à 5% de TDAH chez l'adulte dans la population mondiale [Goodman & Thase , 2009].

Les principaux symptômes du TDAH sont le manque d'attention, l’impulsivité, et l'hyperactivité, bien que les symptômes de l'hyperactivité diminuent avec l'âge [Barkley, 2002].

Dans le cas du champ thérapeutique par Neurofeedback du TDAH, il existe 2 techniques différentes :

  • le Neurofeedback des rythmes EEG 

  • le Neurofeedback des potentiels corticaux lents (SCP/ILF)

La technique que j’utilise est celle des SCP. Il s’agit du protocole le plus récent. Il est fondé sur l’apprentissage de la modulation de l’activité des SCP.

Les SCP sont des activités lentes qui durent de plusieurs millisecondes à plusieurs secondes et qui sont corrélés au niveau de l’excitabilité générale d’une région corticale.

Représentation de SCP sur 45 secondes. 

Pour entrer un peu plus dans le détail, une onde SCP peut être négative ou positive.

Une onde SCP négative reflète la synchronisation de dépolarisation d’un grand nombre de neurone ce qui donne une excitation de la zone corticale. On les retrouves lors d’une préparation ou d’une anticipation d’une tâche et correspond à une allocution de ressources énergétiques pour la tâche en cours de réalisation.

Au contraire, une onde SCP positive reflète une diminution de cette excitation (activité) et donc cela représente une inhibition.

L’objectif de l’entrainement par SCP est de permettre au patient de pouvoir apprendre à contrôler cette excitabilité.

La méthodologie des études récentes et les résultats neurophysiologiques suggèrent une action spécifique du Neurofeedback SCP dans le cadre des TDAH.

[Heinrich, Gevensleben et al., 2004] ont montré une réduction des symptômes du TDAH de 25% après l’entraînement des potentiels corticaux lents avec le Neurofeedback SCP.

[Drechsler, Straub et al., 2007] ont, quant à eux, démontré que les enfants avec un diagnostic de TDAH ayant suivi un entrainement de Neurofeedback sur les potentiels corticaux lents se sont davantage améliorés que les enfants ayant participé à une thérapie cognitive et comportementale.